مؤسسة الانبعاث العمومية
أهلا وسهلا بك زائرنا الكريم، إذا كانت هذه زيارتك الأولى للمنتدى، فيرجى التكرم بزيارة صفحة التعليمـــات، كما يشرفنا أن تقوم بالتسجيل إذا رغبت بالمشاركة في المنتدى، أما إذا رغبت بقراءة المواضيع والإطلاع فتفضل بزيارة القسم الذي ترغب أدناه.
ملاحضة هامة
نرجو من كل من اراد ان يكون عضوا في المنتدى ان يتسجل فيه ثم يقوم بتفعيل حسابه في بريده الالكتروني فلا يمكنه المشاركة الا اذا فعل حسابه اولا و شكرا.

مؤسسة الانبعاث العمومية

منتدى التواصل ...التعاون ... التضامن ... تبادل المعلومات و الخبرات ... من أجل التعليم ، من أجل مدرسة النجاح
 
الرئيسيةاليوميةبحـثالتسجيلدخول
الساعة







اختر لغة منتدى الانبعاث
أختر لغة المنتدى من هنا
دخول
اسم العضو:
كلمة السر:
ادخلني بشكل آلي عند زيارتي مرة اخرى: 
:: لقد نسيت كلمة السر
المواضيع الأخيرة
أفضل 10 أعضاء في هذا المنتدى
ayoub_ek
 
Mohamed <3
 
kamaladi
 
anwar
 
youssfe adi
 
azrague
 
اسامة هياض
 
rabia maarid
 
samia deqqaq
 
ammir
 
زيارات منتدى الانبعاث
widgeo.net

widgeo.net
تحميل الملفات و الصور
مواقع صديقة
احصائيات
هذا المنتدى يتوفر على 148 عُضو.
آخر عُضو مُسجل هو azrague فمرحباً به.

أعضاؤنا قدموا 1209 مساهمة في هذا المنتدى في 733 موضوع
كيفية استخدام و استعمال منتدى الانبعاث
امثال



موقع رسول الله

برامج تهمك

















شاطر | 
 

 la negation en français

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل 
كاتب الموضوعرسالة
anwar
عضو ممتاز من الدرجة الثانية
عضو ممتاز من الدرجة الثانية


عدد المساهمات : 116
نقاط : 388
تاريخ التسجيل : 21/02/2011

مُساهمةموضوع: la negation en français   الجمعة مارس 11, 2011 1:41 pm

Règle générale[modifier]
En français, on distingue syntaxiquement deux formes principales de la négation, selon qu'elle porte sur l'ensemble de la phrase ou sur un constituant[1] :
La négation portant sur l'ensemble de la phrase se forme en ajoutant à la phrase affirmative l'adverbe ne pas ; les deux éléments de cet adverbe se placent ordinairement de part et d'autre du verbe ou de l'auxiliaire :


EX : Jean aime les voyages → Jean n’aime pas les voyages.

EX : J’ai fait cela → Je n’ai pas fait cela.
Lorsque le verbe est à l'infinitif, les deux éléments sont placés devant l'infinitif :


EX : Je vous demande de ne pas me déranger
ou parfois (plus littéraire) de part et d'autre :


EX : Je crains de ne pas avoir compris, ou :

EX : Je crains de n’avoir pas compris.
Ne… pas (sans partitif) est une négation complète. Pas étant tonique et ne atone, donc plus étroitement lié au verbe, on peut dire :


EX : Il ne manque, après l'appel, pas un élève
mais pas :


EX : * Il ne, après l'appel, manque pas un élève.
Pourtant, ne peut être employé seul devant le verbe.
Si la négation porte sur un groupe du nom, sujet ou objet, on emploie ne et un déterminant négatif :


EX : Il a fait un effort → Il n’a fait aucun effort

EX : Quelqu’un est venu → Personne n’est venu.
Ne pas peut être remplacé par une formulation parallèle (ne point, ne plus, ne guère, ne jamais…), selon le sens et le registre de langue. Ces adverbes en deux parties sont aussi appelés morphèmes discontinus, ou disjoints.
Si la négation porte sur un nom, un adjectif, un adverbe, elle peut être exprimée par un préfixe :


EX : Son attitude est incompréhensible (= elle ne peut pas être comprise).
Dans la majeure partie de ces phrases, à la négation correspondent deux éléments, souvent désignés (à la suite de Jacques Damourette et Édouard Pichon[2]) discordantiel (ne) et forclusif (pas, aucun N etc.). En français, la double négation est un cas particulier de cette configuration.

Le « ne » explétif et comparatif[modifier]

Le ne explétif ne traduit pas réellement une négation, mais plutôt une éventualité. Il s'utilise après des verbes exprimant crainte, empêchement, doute ; dans des subordonnées introduites par avant que, à moins que, de peur que, peu s'en faut que ; ou encore après autre / autrement que, ou un comparatif :


EX : Je crains qu'il ne vienne (= « j'ai peur qu'il vienne », et non pas : « qu'il ne vienne pas »)

EX : Prévenez-moi avant qu'il ne soit trop tard (= « avant qu'il soit trop tard »).

EX : Il est moins habile que je ne pensais (= « que je pensais »).
En revanche, le ne explétif est proscrit [3] après la locution sans que car celle-ci comporte déjà une négation.


EX : Tu peux venir sans que je t'y invite expressément (et non : « sans que je ne t'y invite… »).

EX : Tu peux venir sans que je t'envoie aucun carton d'invitation (et non : « sans que je ne).
L'usage, après sans que, de l'infinitif à la place du subjonctif montre d'ailleurs clairement que le ne n'est pas supportable ; on dira évidemment :


EX : Tu peux venir sans avoir reçu d'invitation (et non : « sans n'avoir reçu d'invitation »).

EX : Tu peux venir sans avoir reçu aucune invitation (et non : « sans n'avoir reçu aucune invitation »).
Le ne comparatif « équilibre en quelque sorte une comparaison de disparité »[4]. Ce ne est lui aussi explétif, c'est-à-dire non obligatoire (utilisé uniquement dans une langue soignée). Il ne peut s'employer que si la comparaison exprime une inégalité[5] :


EX : Pierre est plus épris de Marie qu'elle ne l'est de lui

(c'est-à-dire : « Pierre est le plus épris » + « Marie est la moins éprise »).

« Ne… que… »[modifier]

La locution adverbiale ne… que… exprime la restriction (elle est dite restrictive ou exceptive) et signifie « seulement, rien de plus que ». Dans : EX : Je n’ai que dix euros sur moi le locuteur à la fois affirme qu'il a dix euros et nie en avoir davantage.
Pour Marc Wilmet[4], « l'auxiliaire[6] exceptif que arrête ne […] au seuil de la prédication négative et relance la prédication positive. » Le locuteur nie le sous-ensemble des éléments complémentaires


  • de l'objet : EX : Pierre n’aime que Marie ;
  • du circonstanciel : EX : Marie ne part que dans un mois ;
  • de l'attribut : EX : Moi je ne suis qu’une ombre, et vous qu’une clarté ! " [7] ;
  • du complément de présentatif : EX : Il n’y a que lui qui me comprenne ;
  • de la séquence impersonnelle[8] : EX : Il ne reste, autour de moi, que la desserte d'un long été (Colette).
Rien que (ou nul que) et pas que sont contraires, l'un signifiant « uniquement » et l'autre « pas seulement ». Dans le premier cas, on a bien une relance de prédication positive, rien que moi signifiant « uniquement moi » mais aussi « rien sauf moi » : sauf moi étant la relance positive. Dans le second cas, que est simplement un adverbe comme uniquement.
Cependant, rien que suivi de compléments indirects ou circonstanciels peut exprimer l'exception :


EX : On le reconnaît rien qu’à sa démarche.

« Ne… goutte, ne… mie », et autres négations rares[modifier]

Ces constructions employées comme variantes de ne… pas sont des survivances de l'époque où la négation habituelle était ne, suivi de n'importe quel objet dont la fonction, l'existence, la possession, etc. étaient niées (cf. infra). On trouve encore aujourd'hui des exemples de ce type de négation : je n'ai domestique ni valet signifie je n'ai pas de domestique, ni de valet ou je n'ai ni domestique ni valet. Cette construction peut être aussi une double négation comme dans cet exemple de Charles d’Orléans :


EX : Il n’y a bête ni oiseau / Qu'en son jargon ne chante ou crie
Dans ces constructions, certains noms se sont spécialisés à la manière de pas et sont à leur tour devenus adverbes :


  • goutte associé au verbe voir. N'y voir goutte signifie ne rien y voir ;
  • point : ne même pas avoir un point ;
  • mie : ne même pas avoir une mie (une miette) ;
  • rien : autrefois substantif, rien (ancien français : ren, de l'accusatif latin rem, « chose »), est le terme le plus utilisé aujourd'hui.
L'expression ne… guère…, surtout utilisée à partir du XVIIIe siècle, provient à l'origine du francique waigaro qui signifiait « beaucoup »[9], et n'entre donc pas directement dans ce cadre.

Emploi de « ne » seul[modifier]

Dans un registre soutenu, on peut employer ne seul pour exprimer une négation totale [1] :


EX : Je ne puis vous dire ma joie (langue courante: « je ne peux pas vous dire ma joie »)

EX : Que ne me l'aviez-vous dit ? (que signifiant ici pourquoi)

EX : A Dieu ne plaise !

EX : Si je ne me trompe, nous sommes arrivés (= « si je ne me trompe pas »)

Omission de « ne »[modifier]

Le morphème ne peut être omis :



EX : J'ai jamais dit ça



EX : – Est-ce que vous avez vu ce film ? – Pas encore.
L'adverbe pas étant tonique, il est senti comme plus négatif que le ne seul d'un point de vue intersubjectif, mais pas d'un point de vue grammatical pur.
Pas seul peut être employé sans qu'il y ait omission de ne :


EX : Pitié, pas moi !
Des tournures interrogatives littéraires ou vieillies comme A-t-on jamais [vu] (à comprendre comme « y a-t-il eu le moindre exemple de ») sous-entendent la négation (= « On n'a jamais [vu] cela ») :


EX : HARPAGON : (…) Mais voyez quelle audace ! A-t-on jamais vu une fille parler de la sorte à son père ?

EX : ÉLISE : Mais a-t-on jamais vu un père marier sa fille de la sorte ? [10]

Omission simultanée de « ne » et « pas »[modifier]

L'omission exceptionnelle tout à la fois de ne et de pas est très rare et demande des conditions énonciatives particulières : elle n'est utilisée que dans les défenses.


EX : – T'occupe ! (= « ne t'occupe pas de cela, mêle-toi de ce qui te regarde »).
« L'antéposition du pronom objet premier »[4] pallie l'absence des deux adverbes négatifs.
Il ne faut pas confondre négation sans mot négatif et affirmation ironique. C'est cela ou oui c'est ça, bien sûr, pour dire « je ne suis pas d'accord » sont de vraies affirmations (ironiques), tout comme je pense que c'est faux. T'inquiète ! et t'occupe ! sont en revanche de vraies négations.
Cette omission des adverbes négatifs est rendue possible par un double phénomène : la place du pronom (antéposition/postposition) et sa forme ( tonique / atone). La phrase affirmative correspondante serait : occupe-toi ou occupe-t'en.
On remarquera que cette forme de négation n'est cependant pas créative. Elle n'est utilisée que dans les deux exemples cités, quasiment lexicalisés et très familiers. On n'entend nulle part : « Te casse ??? » pour dire « Ne pars pas »

Négation et partitif[modifier]

Devant un nom complément d'objet direct au sens partitif dans une proposition négative, on emploie[11] de si la négation est absolue concernant l'objet du verbe (= « aucune quantité de »), mais du, de la, de l', des si la phrase implique, quant au nom, une idée affirmative, ou quand on veut insister sur l'objet :


EX : Je n'ai pas d’argent, pas d’amis, je ne bois jamais de vin, mais :

EX : Elle ne boit que de l’eau ; n'avez-vous pas des amis pour vous aider ?

EX : Vous n'avez pas demandé du vin, mais de la bière.
Cette négation n'est pas complète car elle ménage une issue au procès du verbe, comme dans le dernier exemple. La locution adverbiale ne… pas (sans partitif) exprime une négation complète, plus complète que ne… pas + partitif : en effet le partitif est une forme de restriction de la négation.


EX : Je ne fume pas
est plus négatif que :


EX : Je ne fume pas de tabac
qui laisse ouverte la possibilité de fumer autre chose que du tabac (— avec modération).

« Non »[modifier]


Voir « non » sur le Wiktionnaire.

Non (ainsi que l'ancien nenni) est l'équivalent tonique de l'adverbe atone ne. Il s'est spécialisé dans une négation complète (saisie tardive du mouvement de négativation).
Non peut constituer à lui seul [1] l'équivalent de toute une phrase négative, en réponse à une phrase interrogative ou impérative. C'est pourquoi il est la négation la plus complète qui existe en français. Il peut constituer une interjection :


EX : — Êtes-vous prêt ? — Non. (= « je ne suis pas prêt »).

EX : — Donnez-moi cela ! — Non ! (= « je ne veux pas vous le donner »)

EX : — NOOOON ! (cri d'horreur, de désespoir ou de mise en garde, au cinéma, dans la BD, etc).
Non peut alors confirmer une prédication négative :


EX : — N'a-t-il rien mangé ? — Non.
ou infirmer une prédication positive :


EX : — Tu finiras bien par manger ta soupe. — Non.
Ce n'est pas le cas dans de nombreuses langues (comme le japonais), qui utilisent oui pour confirmer une prédication négative.
Par ailleurs, non peut aussi servir à repousser l'énonciation elle-même :


EX : — Tu es pâle, tu ne te sens pas bien ? — Non, ce n'est pas ça.
réponse qui signifie « ce n'est pas cela qui me préoccupe ».
Lexicalement, non est utilisé pour composer des mots : non-lieu, non-ingérence, ou pour en dériver : nonchalant (de chalant, du verbe chaloir en ancien français), nonobstant. Il peut aussi compléter des adjectifs
الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
ayoub_ek
Admin
Admin
avatar

عدد المساهمات : 637
نقاط : 1318
تاريخ التسجيل : 17/01/2011
العمر : 20
الموقع : inbiaat.forummaroc.net

مُساهمةموضوع: رد: la negation en français   السبت مارس 12, 2011 2:10 pm

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل
http://inbiaat.forummaroc.net
 
la negation en français
استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة 
صفحة 1 من اصل 1
 مواضيع مماثلة
-
» PHONETIQUE FRAN&#199;AISE
» Cours de langue et de civilisation françaises, tome 3
» sms d'amour en français
» نماذج اختبارات للسنة 3 ثا
» Comment Apprendre le Français

صلاحيات هذا المنتدى:لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى
مؤسسة الانبعاث العمومية :: sujets en francais-
انتقل الى: